Herculine Barbin dite Alexina B. présenté par Michel Foucault (Gallimard)

Après, ou avant, les Mille et une nuits, j’ai lu la couverture d’un livre couleur jaune d’oeuf pastel où il y avait écrit : Michel Foucault et haut et Herculine Barbin en dessous.
bim !
on peut le dire.
Herculine, avec son dernier groupe syllabique qui forme le son « in’ », mais le demi-dieu Hercule, juste devant
rebim !
La contraction de Justine et de Hercule ?
Hercule + Justine
=
Herculine

diane

(on aurait pu faire aussi
Justule
: /)

Alors c’est le récit d’une jeune femme. Aussi direct qu’un journal intime, mais avec l’intention de témoigner tout de même, une direction vers un lecteur.

Herculine Barbin dite Alexina B. présenté par Michel Foucault (Gallimard)
Alors cette jeune femme raconte sa vie, le déroulement qu’elle a eu jusqu’à ce point-là. On remonte le fil jusqu’au moment de vie du narrateur penché sur sa page, fébrile, à écrire, sans précipitation mais d’une traite tout de même, le fil de sa vie.
Tous les « elle » sont inclinés, penchent en italique car tout le récit est, ni le constat d’un homme qui a eu le corps d’une fille, ni le cri, ni la plainte contre une injustice, mais la douleur du ban de la société. Même pas de colère. Mais le type sent qu’il est au bord de sa vie, que quelque chose est fini, du coup il écrit sur ses nattes, le début de ses seins, les écoles pour jeunes filles, et son corps qui n’a jamais bien été ; les traitements des médecins continuels, jusqu’à la première prise de conscience d’un médecin, prise dans de l’ahurissement effaré et de la honte aussi. Du coup rien cette fois-ci, aucune conséquence.
Elle va tomber amoureuse, d’une femme.
Et quand elle parle de son amour, elle ne parle que de son amour. De sentiments. Comme n’importe qui d’amoureux. À cette rare période de sa vie, dans son récit, on n’entend pas parler de sexe ou de l’entrejambe qui régit tout. Juste de l’amour avec peu à peu l’ombre qui commence à avancer tout de même/
Et surprise, la seule personne qui lui ouvre une porte de sortie par la compassion qu’elle lui témoigne, c’est un prêtre.

Si vous vous demandez comment, dans quel agencement narratif et dans quelle normalité (un destin comme un autre, une entrejambe parmi d’autre) cela est possible ? Comment, toutes ces choses peuvent advenir à un même être humain ?
Alors lisez-le.
Pas d’histoire de freaks.
Juste un entrelacement de chromosomes, et bim ! Herculine Barbin de son deuxième prénom et patronyme.

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s