Peau d’Âne, Charles Perrault

Peau d'Âne, Catherine Deneuve Jacques Demy

 » Peau d’Âne donc prend sa farine
Qu’elle avait fait bluter* exprès
Pour rendre sa pâte plus fine,
Son sel, son beurre et ses oeufs frais,
Et pour bien faire sa galette
S’enferme seule en sa chambrette.

D’abord elle se décrassa
Les mains, les bras et le visage,
Et pris un corps** d’argent que vite elle laça
Pour dignement faire l’ouvrage
Qu’aussitôt elle commença.

 On dit qu’en travaillant un peu trop à la hâte,
De son doigt par hasard il tomba dans la pâte
Un de ses anneaux de grand prix ;
Mais ceux qu’on tient savoir le fin de cette
Assurent que par exprès il y fut mis […]

On ne pétrit jamais un si friand morceau,
Et le Prince trouva la galette si bonne
Qu’il ne s’en fallut rien que d’une faim gloutonne
Il n’avalât aussi l’anneau. « 


*tamiser
**corset

Pour ceux que les contes intéressent, retour sur l’ancêtre du Chaperon rouge ici

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s