Satiricon, Pétrone (éditions Les Belles Lettres, 2006) traduits et commenté par Olivier Sers

Fellini-Satyricon

« XXXV À cette oraison funèbre succéda un plat, guère remarquable par sa taille, mais dont l’originalité attira tous les regards. C’était un plateau en forme de roue portant disposés sur son cercle les douze signes du zodiaque. Au-dessous de chacun d’eux le cuisinier-décorateur avait placé une nourriture différente, d’un genre assorti au signe : au-dessus du Bélier des pois chiches « bélier », au-dessus du Taureau un morceau de boeuf, au-dessus des Gémeaux des testicules et des rognons, au-dessus du Cancer une couronne, au-dessus du Lion une figue d’Afrique, au-dessus de la Vierge une vulve de jeune truie n’ayant jamais mis bas, au-dessus de la Balance un trébuchet dont un plateau portait un feuilleté de fromage au miel, l’autre un feuilleté sans miel, au-dessus du Scorpion une rascasse, au-dessus du Capricorne une langouste, au-dessus du Verseau une oie, au-dessus du Poisson deux rougets. Au centre une motte de gazon découpée avec son herbe soutenait un rayon de miel.  » page 53

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s