Le Livre du thé – Okakura Kakuzô (éditions Picquier poche)

Okakura-Kakuzō_

Rikyû a défini ainsi la nature du cha-no-yu :

Dans le cha-no-yu il s’agit avant tout de pratiquer et d’accomplir la voie en accord avec les enseignements du Bouddha. Se réjouir de la magnificence d’une demeure ou de la saveur d’un plat raffiné, voilà qui appartient encore à la vie temporelle. Toute maison constitue un bon abri dès lors que son toit ne fuit pas, toute nourriture se révèle suffisante dès lors qu’elle permet de ne pas mourir de faim. Tel est l’enseignement du Bouddha, et la portée fondamentale du cha-no-yu. L’adepte ramasse du bois et fait bouillir de l’eau. Il offre son thé au Bouddha, il le sert à ses invités et il en boit lui-même. Il a disposé quelques fleurs et il fait brûler de l’encens. Dans chacun de ses gestes, il prend pour modèle les actions du Bouddha et des patriarches.

page 163 (postface)

Une réponse à “Le Livre du thé – Okakura Kakuzô (éditions Picquier poche)

  1. Pingback: Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll (1865) | Obsédés textuels·

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s