Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll (1865)

AliceAuPaysdesMerveilles4

 

Un thé extravagant

Sur ce, la conversation tomba, et tous les quatre restèrent sans parler pendant une minute, tandis qu’Alice passait en revue dans son esprit tout ce qu’elle pouvait se rappeler au sujet des corbeaux et des bureaux, et ce n’était pas grand-chose.
Le Chapelier fut le premier à rompre le silence.
« Quel jour du mois sommes-nous ? » demanda-t-il en se tournant vers Alice. (Il avait tiré sa montre de sa poche et la regardait d’un air inquiet, en la secouant et en la portant à son oreille de temps à autre.)
Alice réfléchit un moment avant de répondre :
« Le quatre.
_Elle retarde de deux jours ! » murmura le Chapelier en soupirant. « Je t’avais bien dit que le beurre ne conviendrait pas pour graisser les rouages ! » ajouta-t-il en regardant le Lièvre de Mars d’un air furieux.
« C’était le meilleur beurre que j’avais pu trouver », répondit l’autre d’un ton humble.
« Sans doute, mais quelques miettes ont dû entrer en même temps, grommela le Chapelier. Tu n’aurais pas dû y mettre le beurre avec le couteau à pain. »
Le lièvre de Mars prit la montre, la regarda tristement, puis la plongea dans sa tasse de thé et la regarda de nouveau ; mais il ne trouva rien de mieux à dire que ce qu’il avait déjà dit :
« C’était le meilleur beurre que j’avais pu trouver. »

 


Une autre approche, bien plus classique du thé ici pour poursuivre votre découverte littéraire et sensorielle. Suuuurpriise🙂

 

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s