Portugal, Aire libre – Cyril Pedrosa (plébiscite inside)

Allez, petite présentation d’un auteur-dessinateur et d’une BD que j’aime beaucoup. Et on pourrait presque estampiller cette présentation du label ecologik parce que c’est du 100% local : Pedrosa travaille à Nantes, au Blockhaus DY 10, près des Machines de l’Île. Bon ok, il est de plus en plus sur Paris à ce qu’il paraît mais quand même…

Vous allez vite le comprendre alors je vous le dis dores et déjà : c’est génial, j’adore, c’est trop beau !… Bon ok, je ne suis plus du tout objective -et alors ?

Portugal Pedrosa

Quelques mots sur l’auteur parce que ça en vaut la peine…

Pedrosa, c’est un peu un boss de la technique parce que premièrement il est doué (même si c’est pas vraiment un argument, ça compte !) et deuxièmement il a bossé pendant quelques années pour les studios Disney France (la belle époque où Disney avait encore des studios en France), en particulier sur Hercule, et là c’est carrément la technique, la rigueur, la minutie et la finesse qui primaient. (Je crois qu’il était intervalliste… Mais si, tu sais le truc relou où tu dois avoir le crayon greffé à l’œil pour que tout soit bien raccord entre les dessins.)
Du coup, enlevez ces contraintes pesantes, libérez le dessinateur : ça donne des vignettes et des planches hyper dynamiques, un trait efficace, mais l’avantage c’est qu’on a quand même l’impression qu’il se lâche dans la BD, ce qui donne des planches vivantes et chaleureuses. Moins de réalisme pour plus d’expressivité. Et ça marche !

De quoi ça cause ?

De Simon, un dessinateur qui n’arrive plus à écrire ni croquer. Manque d’inspiration. Manque d’envie. Vertige de la page blanche. Ras-le-bol du quotidien.
Concrètement, on suit donc cet homme dans son voyage aussi bien physique (entre la France et le Portugal) qu’intérieur qui va le mener à renouer avec son histoire, lui-même, son moyen d’expression.
On ne peut pas en dire beaucoup plus. Pour le reste, il faut accepter de faire le voyage avec Simon.

Pourquoi j’ai aimé adoré.

Outre son trait de crayon, ce qui est génial dans Portugal, c’est cette « transparence » qu’il y a parfois dans les images : on a vraiment l’impression de voir les images évoluer et se mouvoir sous nos yeux.

Portugal, vignette 1, page 51

On pourrait presque se faire un petit animé mental avec chaque vignette. Vous voyez ces petits carnets de photos ou dessins d’animations qui ne changent que d’un p’tit chouïa de page en page ? C’est l’effet que produisent ses vignettes, mais individuellement. C’est fort, non ? En fait, on s’imagine volontiers déambuler dans les rues de Lisbonne aux côtés de Simon. Ça fourmille de détails mais c’est clair. On a l’impression de découvrir la ville, de se perdre dans ses ruelles. On se laisse bercer par quelques phrases en portugais par ci par là, ça donne l’impression de saisir des bribes de conversations des passants, c’est plaisant et dépaysant.
Quant à la chronique familiale, elle est simple et touchante. C’est l’histoire d’une personne lambda dans une famille lambda. Pas un super-héros de la mort qui tue donc. C’est un peu vous, c’est un peu moi. On a beau dire que chaque vie est unique, on est tous animés par des questions plus ou moins identiques.
Enfin, on a directement accès à la sensibilité de Simon (doutes, interrogations, ras-le-bol…) par le biais des ambiances et des paysages mis en scènes, d’où les différentes techniques et donc les différences graphiques entre les trois les grandes parties de l’histoire.

Et pour les plus chanceux…

Pour ceux qui ont la chance d’être déjà allé au Portugal, je trouve qu’on s’y retrouve (redondance, redondance !). Même le trajet en voiture est plus vrai que nature : les plaines arides d’Espagne, les stations service Repsol, eh ben y a pas à dire, on les reconnaît illico pesto ! (oui, oui, pesto…)

Pedrosa, Portugal, p189

Portugal, p189

Et sinon, Cyril Pedrosa est aussi connu pour avoir lancé la revue en ligne Professeur Cyclope, « magazine de bandes dessinées et fictions numériques ». Par ici :

http://professeurcyclope.blogspot.fr

Ou pour sa magnifique BayDay : Trois Ombres.

PEDROSA-Trois-Ombres

Bon ok, je m’arrête là…

Ah non en fait, le p’tit mot de la fin : pour le blog de l’auteur, suivez le guide, c’est par là…

http://cyrilpedrosa.blogspot.fr

Advertisements

4 réponses à “Portugal, Aire libre – Cyril Pedrosa (plébiscite inside)

  1. Ah, je comprends le problème de place mais ça se tente quand même une p’tite photo… c’est pareil chez moi…
    Ce problème de manque de place peut être mentionné en commentaire pour accompagner la photo (en plus d’autre chose si tu le souhaites…)

    J'aime

  2. Merci de ta proposition, en parcourant le site, j’ai remarqué la rubrique « photos de bibli » et j’y est pensé ! seulement faute de place chez moi, mes bouquins sont sur trois niveaux de profondeur dans mon étagère avec Les BD/Manga et une partie avec celle des DVDs ! donc faut que je réorganise ! mais je compte y participer… 😉

    J'aime

  3. J’ai aussi commencé par le découvrir avec Trois ombres que j’ai adoré. J’ai même travaillé dessus pendant tout un semestre avec mes étudiants ! J’ai un article en jachère sur Trois ombres… qui attend son heure… =)
    J’irai jeter un œil à ton article très bientôt, dès que j’aurai le temps, promis !
    Et tant que j’y pense, je me permets de te proposer de participer à notre projet « photos de bibli » (retrouvable dans la rubrique « partages funky »)… tu peux m’envoyer ta photo de bibli à cette adresse si tu le souhaites : mathilde.obsedeetextuelle@gmail.com
    A bientôt parmi nous j’espère !

    J'aime

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s