L’accompagnatrice, Nina Berberova

L'accompagnatriceClassique de chez classique (qui ne rime pas avec soporifique !), L’accompagnatrice a été pour Nolwenn un roman « étrange ». Mmhmmmm… Bien bien, mais dis-en nous plus Nolwenn…

Sonetchka est l’unique enfant de sa mère. Elle a 18-19 ans, n’est pas gracieuse, n’a pas de talent particulier, pas la moindre perspective d’avenir. L’horizon est gris et bouché. Elle est aussi la honte de sa mère, professeur de piano, qui a tout fait pour cacher sa fille aux yeux du monde et qui a perdu tous ses élèves le jour où l’existence de sa fille s’est sue. Etre fille-mère en Russie au début du XXème siècle, c’est comme partout ailleurs à cette époque : la honte, le déshonneur et on te fuit comme une pestiférée.
Adolescente, Sonetchka apprend que son père était un élève de sa mère et qu’il avait alors 19 ans.
La honte est réciproque.
Le monde de la jeune fille apparait définitivement étriqué… jusqu’à ce qu’elle rencontre Maria Nikolaevna Travina, une  cantatrice qui recherche une accompagnatrice. Elle représente tout ce que la jeune fille n’est pas : elle est belle, riche, souriante et talentueuse. Auprès de cette femme, une nouvelle vie commence pour Sonetchka, une vie faste qu’elle aime et qui la révolte : comment peut-on tolérer de telles inégalités sociales ? Pourquoi cette vie faste/heureuse/lumineuse/pleine de succès est-elle dérobée à toute une partie de la population ? [Un roman qui reflète les préoccupations de l’époque ? Roman écrit en 1934 donc en pleine période communiste] Jalousie, ô jalousie ! Non contente de bénéficier des retombées de la gloire d’une autre, Sonetchka voudrait que cette gloire soit sienne et commence à comploter pour nuire et détruire non seulement le rayonnement et la gloire de la cantatrice mais aussi Maria Nikolaevna Travina en tant qu’individu.

Bref, un roman psychologique aux mots simples mais efficaces. Il n’est pas très long et les analyses sont justes.

Même que ça me donne envie de le relire.

Petit commentaire de Nolwenn après discussion autour du bouquin : « Je suis contente de vous l’avoir présenté parce que maintenant je l’aime bien ! »

Plaisir partagé ! 😉

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s