Le Nouveau Petit Robert et les bâtards

Une pépite se cachait dans les pages du plus commun des livres de ma bibliothèque. Un petit témoignage linguistique et historique de notre société et des débats, inquiétudes, questions qui l’animent.

Les banlieusards prennent d’assaut le dictionnaire et en face, tout en perruques et morgue, les académiciens ne se laissent pas démonter. Ils choisissent, rejettent, gardent leur monopole et adressent à leur manière un gros f*** à ce langage (de) bâtard (cf. les tout derniers mots). Fun

academie-francaise

« De tous temps on a forgé des parlers subrogés qui permettent de déguiser les mots selon des règles instaurés pour des initiés. Nous avons eu le « javanais », le « loucherbem » […], aujourd’hui le verlan, qui présente les mots à l’envers. Il n’est évidemment pas dans notre propos de décrire un tel système, qui par ailleurs est limité à un milieu restreint. Mais certains mots se sont répandus dans l’usage familier courant et pouvaient être raisonnablement rejetés. Nous avons donc traité les mots beur, meuf, ripou sur le même pied que certains mots familiers, sans nous alarmer de leur étymologie »

introduction du Nouveau Petit Robert, édition de juin 1996

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s