Rencontre avec les Éditions Émue

emue-15_600Découvertes des éditions Émue, un projet hors du commun qui renouvelle le visage de l’édition tel qu’on le connaît. Histoire de se faire une petite idée sur le numérique…

Vous êtes lecteur, vous avez des potes Erasmus du monde entier, vous bougez d’un pays à l’autre, vous possédez un ordinateur voire une tablette, vous vous demandez peut-être un peu si les livres vont survivre au grand méchant numérique, au vilain Amazon et au terrifiant Google…?

Londres, Paris, Melbourne

L’histoire commence il y a trois ans, entre plusieurs passionnés du livre, parfois auteurs eux-mêmes, venus d’horizons divers et habitant aux quatre coins du globe : Melbourne, Paris, Londres (hmm… la douce musique des noms de villes outre-globe).

La maison d’édition se situe dans une géographie immatérielle, à mi-chemin entre ces différents points du globe, dans les nuages pour être exact (le cloud).
Mais elle adopte un mode de fonctionnement qui a les pieds sur terre : Émue utilise en fait les moyens de communication, de stockages de données et les réseaux sociaux, permis par internet pour gérer à distance le travail de publication, de promotion et de diffusion.
Les auteurs eux, sont parfaitement réels…

banniere_baseline1

Hybride

…et les bouquins aussi : Émue édite à la fois sur papier par le système d’impression à la demande et en format numérique.
A l’origine de cette démarche la conception suivante : le livre avant d’être un objet est un contenu, le numérique ne représente donc pas la mort du livre ou de la littérature. Dans un sens, on peut même considérer que le numérique par son immatérialité, renoue avec l’existence première du texte, de la littérature, de l’échange d’informations : l’oralité. Les bouquins et leur version numériques sont vus comme complémentaires et à même de répondre aux usages d’aujourd’hui, d’atteindre ainsi des lecteurs nouveaux intimidés par le bouquin papier ou par son prix.

Le numérique exploité dans toutes ses potentialités

Contrairement à certains grands pontes de l’édition qui proposent parfois des bouquins numériques plus chers que les versions poche (no comment), les nouvelles et romans courts d’Émue sont vraiment abordables (autour de 6€) voire parfois carrément démocratiques pour les nouvelles courtes vendues à l’unité à 1€.
La marge réalisée sur les frais de fabrication et ceux de stockage est répercutée sur les droits d’auteurs : dans une maison traditionnelle ils touchent entre 8% et 10% du prix de vente du livre, chez Émue c’est 30%.
Et les ebooks sont sans DRM, cela veut dire qu’il n’y a aucun verrou, qu’on peut partager son bouquin numérique comme on prêterait un livre « physique ». L’esprit du numérique est respecté, plus qu’un support c’est une culture et Émue l’a compris.

Émue relie les francophones autour du globe, couv_large (1)prospecte autour du monde pour trouver des nouvelles plumes et va contact des lecteurs sur plusieurs continents.

Du coup moi je prolonge cet esprit et vous fait partager Femmes contre nature que je feuillette actuellement Femmes contre nature – Léa Godard (éd. Emue).

Comme ils le disent eux-mêmes, « Emue aime les textes bien structurés, forts et vifs, empreints d’humour et de poésie qui portent un regard critique sur notre époque. »

Je vous laisse découvrir et vous faire votre opinion. On en reparle lors du prochain cercle littéraire funky..

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s