Sarcellopolis – Marc Bernard

1950: Sarcelle est un petit village comme un autre de 8 000 habitants

1960: c’est le début des grands ensembles, et Sarcelle sert de test. Le « village » compte alors 36 000 habitants

1970: le « village » compte 56 000 habitants

Marc Bernard arrive en 1963 à Sarcelle, ce processus d’expansion est alors en cours. Il est un journaliste de 62 ans qu’on charge d’écrire un livre sur cette ville naissante. Zélé, il choisit de s’installer tout un hiver dans un des appartement, et se met finalement à la rédaction d’un véritable pamphlet, essai sociologique et traité d’urbanisme (qui a été primé).

Les titres de sous parties sont marrants, il produit de belles images simples autour de tout un tas de thématiques: les bruits, les loisirs, les enfants, les pionniers, la proximité avec Paris…

A la suite de la lecture, c’est surtout l’impression que rien n’a changé qui s’impose. Une obsolescence survenue pour cause d’immobilisme. Mais qui était par ailleurs prévisible (c’est sans doute l’aspect le plus révoltant). Marc Bernanrd avait à l’époque rencontré l’architecte. Il en était arrivé à un constat: l’impossibilité à terme de rénover, tout allait devenir hors d’usage en même temps, en revanche, il est matériellement impossible de tout rénover en même temps.

Colère…

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s