A la pointe du fusil. Rêves démocratiques et interventions armée D. Rieff

Un article en particulier m’a interpellé dans ce numéro de BOOKS, l’interview de David Rieff, suite au bouquin qu’il a publié : A la pointe du fusil. Rêves démocratiques et interventions armée (en vf)

L’idée c’est celle d’un mensonge (plus que d’une hypocrisie) concernant les interventions armée de ces dernières années.

L’entretien démarre et D. Rieff se positionne : pour lui il existe des guerres justes. Mais il bat en brèche les idées « d’ingérence humanitaire » ou de « responsabilité de protéger ». Elles sont dangereuses car elles déresponsabilise : on ne prend plus parti pour ce qu’on estime être juste. Une guerre qui se justifie par l’action humanitaire renverse les positions, l’ennemi devient un criminel, et le soldat un policier. Et sous couvert d’intentions louables, les dérives de toutes sortes sont alors permises.« C’est à mes yeux un discours à la fois bien-pensant et totalitaire. » Guerre humanitaire »: peut-il y avoir oxymore plus orwellien ? »

Enfin, il y voit une nouvelle forme de croisade. La « guerre humanitaire » et la croisade ont en commun la justification morale, qu’on appelait jadis la « mission civilisatrice ».

Méfions-nous du « c’est pour [notre/son] bien… »

Cette subtilité des termes on où appelle pas un chat un chat et une guerre une guerre, ça a rappelé à Fenec un mystérieux L.Q.R. A propos du langage et de sa transformation.

ça a aussi rappelé à Awen (je ne suis pas sûre de rendre à César ce qui lui appartient…était-ce bien toi ?) Farenheit 451 où l’on épure* la langue à un degré extrême, se débarrassant de tous les mots inutiles, superflus.

Autre question : peut-on penser quelque chose pour lequel on a pas de mots ? Des hommes qui manquent de mots sont désarmés et donc contrôlables.

_______________________

* c’est fou comme le mot « épure » peut-être emprunt de poésie quand il s’agit de texte. Mais comme il devient soudain ultra-violent quand on l’applique aux personnes. Et ici il est ultra-violent, même si l’on ne parle « que » de vocabulaire.

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s