Menses ante rosam Aurélie W. Levaux

(traduction « les mois avant Rose »)

Le récit de la grossesse, et même avant ça, de la rencontre, de la conception… la genèse quoi.

Pas de « ooooooh c’est mignon, c’est choupiiiiii « . Mais plutôt le récit d’un sentiment de 3e dimension, de côté de plaque ou de flou. De sensations bizarres, de tension parfois avecson copain.

Il ne s’agit ni d’un roman, ni d’une BD mais rappelle pleins de choses à la fois: des teintures indiennes, les peintures de Frida Khalo pour le côté barbare, tripaille et douleur, ou de Gustave Klimt pour les corps entrelacés et mêlé au végétal.

Le dessin est naïf (et méticuleux), mais le propos ne l’est pas. Il n’est pas non plus catastrophiste mais embrasse tout le ressenti de cette femme, et tous les aspects de la grossesse.

 

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s