Frère sommeil Robert Schneider

Histoire d’un garçon d’une sensibilité musicale hors normes, et par conséquent, rejeté. (parce que sinon pas de roman)

un organiste autodidacte: Johannes Elias Alder.

Dont on est informé dès le début de sa mort tragique.

L’extrait lu par Valeryia en allemand, puis traduit aussitôt donnait à peu près ça.

Combien de philosophes, d’artistes etc…n’ont pas pu révéler les génies qu’ils étaient car la possibilité ne leur a pas été donnée. S’ensuit une courte énumération disant que Léonard n’a pas été le plus grand peintre, Bach le plus grand musicien, Raphaël etc.

Advertisements

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s