Aurélien Aragon

Elles se disputent toutes Aurélien !

« mais il est trôp bô ce livre ». Unanimité féminine. C’était un peu d’amour (en noir et blanc, dans les années folles, en mode aristocrate) dans ce monde de brutes.

C’est, Pariiiiiis c’est une blondeuuuuuuuuu/sera toujours Pariiiiiiis raconté par Aragon, parce que Aragon, faut’l’dire il maitrise le sujet.

C’était rigolo, Awen se souvenait de choses (un mois plus tard), et moi d’autres choses (4 ans plus tard).

Ce qui a marqué Awen c’est toute la population du roman. Les artistes, les riches, les provinciaux, les surréalistes qui trainent. Un « Tout Paris » parmi d’autres « Tout Paris » dans d’autres romans. Les intrigues, l’un envoie unetelle dans les griffes d’untel, l’un manigance contre un autre…

Je me souvenais des morts que charriait la Seine et d’une scène mythique dans une piscine (que j’imaginais vaporeuse et orangée comme l’enfer), parenthèse dans la narration.

Et Awen m’a rappelé que c’était une scène où Aurélien et un ouvrier font l’expérience d’un rapport d’égal à égal dans leur maillot de bain, qui s’atténue dans les vestiaires, et disparaît dans la rue.

On se souvenait toutes les deux du « masque » de Bérénice, accroché dans la chambre d’Aurélien.

Bérénice, c’est étrange comme nom vous ne trouvez pas ?

C’est aussi ce que s’est dit Aurélien la première fois.

Une réponse à “Aurélien Aragon

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s