Atlas des îles abandonnées 

{compte rendu #3}

Elise, Christophe, Gabi (oh Gabi toutoutoutou! Gabi!) Mathilde Valeryia et Domi , Awen et Christine, soit 9 en me comptant, on peut donc dire qu’on est passé à 2 doigts du Pedro.

Neuf personnes, 4h (sans séquestration) et du bouquin en veux tu en voilà !

c’est parti pour le compte rendu

 

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[MATHILDE]

 

En page 1, un serpent qui se mord la queue (ouroboros). Une esthétique basée sur le cercle donc, la spirale, la toupie..etc

 

rupture, un homme se détache de tout ce qu’il connaît (vie de famille, professionnelle) pour devenir vagabond. (l’auteur à lui même fait un an de rue pour écrire ce livre). En conséquence de quoi il perçoit la ville et les gens qui l’entourent différemment (une personne lui évoquera de la lumière pure.

 

L’objectif: la désincarnation et une volonté de se rapprocher d’un pur esprit.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[CHRISTINE]

Il devait bien pointé le bout de son nez celui là…

catégorie petit bijou, aussi conci que raffiné.

Epure à la japonaise, une histoire d’amour non platonique mais tout de même réduite à son minimum, entravée.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[VALERYIA]

Histoire d’un garçon d’une sensibilité musicale hors normes, et par conséquent, rejeté. (parce que sinon pas de roman)

un organiste autodidacte: Johannes Elias Alder.

Dont on est informé dès le début de sa mort tragique.

L’extrait lu par Valeryia en allemand, puis traduit aussitôt donnait à peu près ça.

Combien de philosophes, d’artistes etc…n’ont pas pu révéler les génies qu’ils étaient car la possibilité ne leur a pas été donnée. S’ensuit une courte énumération disant que Léonard n’a pas été le plus grand peintre, Bach le plus grand musicien, Raphaël etc..

 

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[GABRIEL]

Classique SF

SF loufoque

auteur anglais

humour anglais

Et apparemment, à en croire les 3 initiés de notre assemblée, ça foisonne de blagues… »private jokes » est le terme exacte dans ce cas

démonstration:

« _42

_Mdr !!!!!!!! »

ou:

« _attention chute de cachalot

_ mouarfouarfouarf »

enfin:

« _ c’est quoi un mec avec une serviette éponge ?

_ bah c’est un auto-stoppeur integalactique ! »

(bah oui: LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL!)

même GOOGLE s’y met alors

Avec (notamment) un robot dépressif et un président de l’univers bicéphale moi je dis…laissons nous séduire ! Mais ce qui emporte mon adhésion c’est Gabriel qui nous en parle comme un coup de foudre de jeunesse, relu récemment et toujours sous le charme

Maintenant trois explications s’offrent à nous:

1. Gabriel est resté au stade 15ans dans sa tête

2. Gabriel est retourné au stade 15ans par sa trop grande proximité avec des ados

3. C’est d’la bombebébé à base de popopopop’

 

 

[GABRIEL]

Partie 1: histoire de l’utilisation politique de la peur à travers différents pays

Partie 2. cmt la peur s’est elle installée dans la société US et y gouverne

(ouvrage démarré avant le 11septembre)

 

écrire commentaire

Commentaires: 2

  • #1Laetitia (vendredi, 24 février 2012 20:54)

    ça a l’air vraiment bien, et ça me fait penser à la Stratégie du Choc de Naomi Klein, livre puis documentaire, très intéressant : http://www.youtube.com/watch?v=MKeiChMRWTU

  • #2Gabriel (mardi, 28 février 2012 20:59)

    Moi qui pensais que tu interviendrais pour répondre au sondage de Marine🙂

  • #3

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[CHRISTOPHE]

Le best seller qu’on connait ou dont on a en tous cas entendu parlé.

10 nouvelles à propos d’amour, et souvent drôles.

extrait de « Clic-Clac »

 

 

 

 

 

 

 

 

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

qui nous a emmené sur une discussion enflammée sur Philippe Forest écrivain et prof à Nantes

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[DOMINIQUE]

Appuyé par une collaboration avec Lewis Trondheim qui a conseillé à Cyril Pedrosa d’oublier tout le boulot effectué la veille.

Petite vie de famille, papa, maman, petit garçon, le tout au milieu de nul part.

Quand un jour trois cavaliers.

Viennent et s’approchent.

Puis la fois suivante un peu plus près, mais paradoxalement apparaissent moins nettement. Et ce de plus en plus jusqu’à l’ombre, la silhouette.

Une inquiètude croissante de la mère. Une histoire autour de l’inéluctable et de l’angoisse qui l’accompagne.

Et dans sa facture, se rapproche des contes. Part de l’histoire d’un personnage, ce qui enclenche une nouvelle histoire d’un autre personnage..etc Se fondent les unes dans les autres mais toutes reliées par la menace.

Et les dernières phrases sont magnifiques aux dires de Mathilde…

petit rockeur au coeur brisé qui va se défouler sur la guitare

Avec comme objectif pour l’auteur de dessiner le son.

Une histoire traitée par des ellipses temporelles longues ou très courtes mais toujours justifiés qui permettent de ressentir très bien le sentiment du spectateur.

Mélancolie et violence parfois

 

 

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • #1

    Site internet:
    Nom: *
    Message: *
     
    * Champs obligatoires

[ELISE]

Un(e) mini Capote (!) qui fait son effet si l’on en croit Elise,d’ailleurs l’un des must de Joël aussi (et en dépit du ridicule de telles catégories selon le pape Stiglitz Ier de la lecture).

Un ebonne tranche de vrai, de quasi journalistique, de percutant, avec par dessus bien sûr, une couche littéraire. L’art de Capote. un vrai fait divers à la base, ensuite…il faut ce qu’il faut.

Truman Capote dans son propre rôle. Il apparaît dans les dialogues derrière « T.C. ». Nombreux les dialogues qui fait voisiner le roman avec du théâtre. (Egocentrique Capote ?)

Chaque victime avant d’être assassinée reçoit un petit cercueil contenant sa photo. Les mise à mort sont quant à elles, pleines d’inspiration:

un couple mordu jusqu’à ce que mort s’en suive par des crotals dopés aux amphétamines (?!!!)

Interrogation lancinante du « pourquoi ces meurtres » , et démesures entre la cruauté (et leur créativité si je puis me permettre..) des actes et leur motivation.

Une thématique qui rappelle Un Roi sans divertissement de Giono

Une préface d’Olivier de Kersauson (rien que ça…)

Une mise en page épurée voire austère. Un beau livre qui compile des îles, abandonnées. Tout un programme. Parfaitement inutile et d’autant plus beau.

A chaque fois un dessin de cette île, ses coordonnées (si le voyage vous tente), diverses infos réelles comme ça et puis un texte, qui décrit l’atmosphère qui y règne, ce qui s’y est passé. Pas toutes paradisiaques loin de là.

 

(Il y a moins d’une semaine Arthur [cf. portraits] me l’a présenté, le voilà de retour via la volute littéraire et Elise, il doit décidément mériter d’être feuilleté celui là…)

Tu as lu ce livre, donne nous ton avis :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s